Yannis Markantonakis

About

Il y a trois sortes d’hommes pour les grecs : les vivants, les morts et ceux qui sont sur la mer.
Incertaine, la peinture l’est aussi. Arriver à bon port est difficile et hasardeux. Mais le naufrage n’est pas toujours le pire : c’est bien d’échouer. C’est la mesure du risque, du risque d’une navigation sans calcul ni mesure. Ni point, ni carte.
L’on peint en aveugle : on ne voit guère quand on peint. Les moyens de la peinture sont là : du noir, du gris qui n’est pas du noir avec du blanc, du rouge, des formes, des plans, des lignes, des espaces. Ils sont là et ils sont oubliés… Sébastien Le Roy

Yannis Markantonakis
La peinture comme un grand souffle d’air pur…

Il peint la mer, les espaces portuaires, les bateaux, le grand large. Ses marines rejettent toute anecdote pour ne se concentrer que sur l’essentiel. Cette peinture séduit par sa rigueur et son projet essentiellement plastique. La toile bruit d’une émotion contenue, sous-jacente. L’artiste nous projette dans un univers d’opposition des tons, bleu-noir, blanc-bleu. Que l’on ne s’y trompe pas, le sujet ici ce n’est pas la mer, mais plutôt la peinture. MIROIR DE L’ART