About

La Galerie Christine Colon a présenté le travail de Reinhard VOSS dans le cadre de l’événement en Piste ! Musée de La Boverie du 28 août au 6 septembre 2020.

Reinhard Voss est né en 1959 en Allemagne du Nord. Il a étudié la sculpture à l’Académie des beaux-Arts de Karlsruhe, dans les classes du professeur Hiromi Akiyama et du professeur Stephan Balkenhol.

Reinhard VOSS
Le visage est poésie…
Son travail se focalise essentiellement sur le visage et ses milles nuances. Chaque sculpture est ici un savant agglomérat de fragments de bois de conifère, combiné avec des ajouts d’encre de chine ou d’acrylique. Chaque visage est à chaque fois différent, expression d’une volonté d’universalité du propos, tantôt personnalisé par des tatouages ou des signes, tantôt par des stigmates, des tissus, des couleurs.
Les matériaux, les structures, Reinhard Voss combine autant qu’il le peut les éléments : minces, épais, doux, durs, sombres, brillants, droits, transversaux ou diagonaux, lisses ou cassants.
Le visage s’offre à nous tel un paysage de combinaisons abstraites et colorées, souvent géométriques, toujours mis en relief par une matière spécifique, un aspect particulier. Comme au fond chacun des visages que l’on rencontre dans la vie de tous les jours. Et comme si Chaque visage était le reflet d’un monde intérieur, comme si de chaque visage émanait une vérité propre qu’il appartient alors au spectateur de déchiffrer. Un travail fascinant, plein d’énigmes et de silences.
Reinhard Voss fuit la redite et si l’on sent dans son travail une unité évidente, elle n’interdit évidemment pas la finesse et la subtilité. C’est dans le détail que l’artiste cherche la vérité.
Le processus essentiel se déroule à la surface et sur les bords. C’est là qu’il vient insuffler sa fantaisie, son imaginaire. Des couleurs, parfois vives, parfois estompées. Des textures, tantôt zébrées, tantôt lisses. Des formes géométriques, quelque peu bizarres, insolites, troublantes. Se dessinent ainsi ce qui peut ressembler à certains moments à un portrait, ou à d’autres instants à un masque.
Quand le morceau de bois devient un visage, on le regarde. Quand quelqu’un est attentif, il se révèle. Quelle chance si tout le monde regarde !, écrit-il joliment. Et il est bien vrai que sa sculpture, stylisant la figure humaine, nous force à d’avantage d’attention. MIROIR DE L’ART N°97

Exhibition

April 23, 2016 to May 22, 2016