About

EXPOSITION MINÉRALITE –  Michèle IZNARDO et Martin HOLLEBECQ – DU 3/11 AU 3/12/2023 

La pierre peut se targuer d’avoir toujours su capter la fascination des artistes. En effet, sous toutes ses formes, de celle la plus nette et taillée à la plus brute et rugueuse, la moindre pierre, minerai ou encore fragment de roche, semblent déjà contenir, en eux, la diffuse, mais néanmoins présente, idée-même de l’art. C’était comme si tous ces éléments issus du minéral, au rythme incessant des cycles que leur imposait la nature, avaient acquis une qualité, une valeur, conférées par le statut de bruts, mais raffinés, objets. C’est à partir de cette fascination commune que Michèle IZNARDO et Martin HOLLEBECQ posent les trajectoires créatrices de leur œuvre. Une recherche qui les pousse à interroger ce matériau et sujet selon de nouveaux modes. Cette quête s’envisagerait comme la conceptualisation d’une minéralité : qu’advient-il de la pierre, lorsque nous la pensons et la rêvons ? Comment cette dernière, plus que n’importe quelle autre matière, peut s’exuvier et laisser jaillir son âme de ses entrailles ? La minéralité devient autre chose qu’un aspect, ou une qualité, du matériau : elle vient à l’esprit comme son idéal, son abstraction et son irrévocable dépassement. L’œuvre d’HOLLEBECQ ne saurait se défaire de la surface de la roche. De la pierre bleue, au marbre, en passant par le granit, ces sculptures sont le résultat d’un dialogue, d’une lutte, entre le sculpteur et son taiseux interlocuteur. Sous le coup de ses outils, la pierre semble alors se tordre, se contorsionner et se métamorphoser selon de nouvelles lois. Martin révèle ce qui était déjà contenu dans le brut, et pourtant il obtient un objet fondamentalement neuf : une sculpture dépouillée de la substance excessive de roche, mais qui pourtant crie la nature, le paradoxe et le chaos de sa propre chaire de pierre. IZNARDO n’a pas recourt à la roche pour dire la minéralité. Au travers de la brume de sa peinture, transparaissent les ombres et formes de montagnes évanescentes. Loin d’en être ses uniques sujets, les vertigineux décors de pierre qui peuplent l’œuvre de l’artiste s’exposent comme des irrémédiables inconnues. C’est dans toute leur absence que Michèle IZNARDO donne voix à la roche. Elle peint celle-ci dans ses moments de fuite et de rupture avec le réel ; mais elle peut aussi la révéler comme envahissante, titanesque, contraignant même parfois la visualité du spectateur, lorsque ce dernier semble se tenir à l’entrée d’une caverne infléchissant un cadre à la composition. Dans ces deux œuvres, la roche perd ses arrêtes et se dépouille d’elle-même. Mais tel un ancrage dans l’existence, des aspérités et rugosités demeurent dans les sculptures d’HOLLEBECQ, tout comme les paysages d’IZNARDO échappent que de peu à l’abstraction en maintenant des frontières entre le règne de la roche et ce qui lui échappe. C’est sur ce fin fil, que la minéralité se dresse. Sur les lames de ce creuset, la matière même semble s’oublier sans jamais pourtant se dissoudre complètement. Les paysages éthérés d’IZNARDO semblent comme glisser vers un ailleurs et la roche devient fumée ou aplat de couleur. Les sculptures d’HOLLEBECQ dérivent dans l’espace telles des vues de l’esprit, des phantasmes sur lesquels la sensibilité vient se heurter. La minéralité nous apparait alors, rattachée à ce fin cordon physique, par-delà les artères des carrières et les chimies des pigments.

-Pierre Hubeaux-Colon

 

CV :

Michèle IZNARDO est née à Paris, elle vit et travaille à Boulogne-Billancourt Formation, Bourses 1984
Diplôme de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, Paris 1987-1988
Lauréate de la Ville de Paris, Casa de Velázquez 1988-1989
Pensionnaire à la Casa de Velázquez, Madrid, Espagne

 

Texts

Aux frontières de l’abstraction, le paysage est suggéré par de subtils aplats où le noir et le blanc s’épousent, s’opposent, se lovent dans des compositions pleines de poésie aux harmonies délicates. Une écriture engagée qui vise à restituer l’âme du paysage dans une narration dénuée de tout artifice. Du bonheur ! Ses travaux monochromes résultent le plus souvent d’une imbrication de fragments épars, agencés de façon subtile, de façon à façonner un univers complexe, riche de résonances de lumière, riche d’une poésie particulière, chaque fois semblable et pourtant sans cesse renouvelée. Miroir de l’Art #92 et #72