Pierre Riba

About

VERS L’ESSENTIEL

Dans tous les cas, figures, formes abstraites, pliures, Pierre Riba fait parler le carton cannelé. Il le découpe, le colle, le ponce. L’artiste utilise des cartons de différentes épaisseurs, mais montre toujours la tranche, les alvéoles, le vide au milieu du plein. Ce vide participe de l’harmonie générale de la pièce et de son côté “épuré” : chaque œuvre joue de ces creux et des arrondis du canelage, les formes sont toujours lisses malgré le côté rêche et abrupt du matériau de départ; la plupart du temps, l’œuvre respecte une parfaite symétrie et pour renforcer cette quête de l’essentiel, l’artiste ne travaille ses sculptures qu’en trois couleurs : le blanc, le noir ou la couleur de départ du carton (“qui n’est pas pour autant naturelle ! “). Avant d’appliquer la couleur, il projette sur l’œuvre de la résine pour la solidifier, teinte éventuellement l’œuvre avant de lui donner une patine en appliquant de la cire d’abeille.

Dès le départ, les œuvres cherchent la pureté des lignes. Mais avec l’âge, Pierre Riba veut aller encore plus loin. Aujourd’hui, il “épure” encore ce qui peut l’être : moins de mélange qu’hier, où on pouvait voir, discrètement, quelques éléments en acier, en pierre, en bois, se mêler au carton.

Riba est devenu le maître incontestable de cette matière banale, qu’il achète ou qu’il récupère quand il le peut. “Il y a trente ans, cela n’a pas tout de suite séduit. L’utilisation du carton laissait encore les gens perplexes. Aujourd’hui c’est totalement banal, les plasticiens utilisent n’importe quel type de matériau ! “.

L’univers de l’artiste se résume donc à quelque chose de simple : quelques lignes directrices, une matière, une couleur. Mais sous les outils de Pierre Riba, cela suffit à composer des œuvres sans cesse renouvelées.   Cécile Guerbert

 

Exhibitions

February 21, 2015 to March 21, 2015
October 22, 2016 to November 20, 2016